Les clefs de l'Amérique par Jean-Eric Branaa
Les clefs de l'Amériquepar Jean-Eric Branaa

Julian Castro, l'homme qui montait.

A 39 ans, le maire démocrate de la grande ville texane de San Antonio, Julian Castro, avait été confirmé au poste de secrétaire au Logement de Barack Obama le 9 juillet 2014 par le Sénat américain. Les sénateurs ont ainsi approuvé à une large majorité, par 71 voix contre 26, sa nomination, faisant de lui le plus jeune des 15 membres du cabinet de Barack Obama. Il devenait le plus jeune des maires des 50 plus grandes villes des Etats-Unis et le démocrate le plus prometteur, pensait-on à l'époque. il est resté maire de San Antonio, la septième ville la plus peuplée du pays, de 2009 à 2014.

 

À partir de ce perchoir de San Antonio, il s'est tourné vers la politique nationale. Julian Castro a grandi au Texas et est diplômé de l'Université de Stanford et de l'école de droit de Harvard. Son frère jumeau, Joaquin Castro, est membre démocrate de la Chambre des représentants. Il se présente lui-même comme le produit d'une génération née "après la fin de la Guerre froide, marquée par la tragédie du 11-Septembre et par la révolution de l'internet".

Aujourd’hui, Julian Castro est un avocat brillant au visage souriant.

 

Le démocrate Texan

Charismatique, il présente le double avantage d'être hispanique et originaire du Texas (sud), un Etat pour l'instant majoritairement républicain, mais que les démocrates espèrent un jour conquérir à la faveur des changements démographiques. L'électorat hispanique, majoritairement démocrate, y est en effet en forte croissance, comme dans le reste des Etats-Unis.

 

La génération hispanique

Né aux Etats-Unis, Julian Castro a été élevé par sa grand-mère, la première du clan à émigrer du Mexique vers le Texas, et sa mère, Rosy Castro, activiste démocrate passionnée, qui a été une militante du mouvement chicano dans les années 1970. C’est donc très tôt qu’il a découvert la politique, dès l'âge de 3 ans, quand sa mère l'emmenait avec son frère jumeau de meeting en meeting. Les deux garçons ont remarquablement réussi, Joaquim devenant, pour sa part, élu démocrate au Congrès du Texas. Elu en 2009 maire de San Antonio, une métropole texane située près de la frontière mexicaine, Julian Castro avait été réélu en 2011 avec presque 83% des voix, et représente une nouvelle génération de personnalités politiques hispaniques aux Etats-Unis. 

 

Un homme d’avenir ?

Julian Castro avait prononcé le discours inaugural de la convention démocrate de 2012, l'événement quadriennal où le parti promeut de jeunes personnalités prometteuses, comme Barack Obama en profita en 2004 avant son élection au Sénat.

"Le rêve américain n'est pas une course de vitesse ni un marathon, c'est un relais. Nos familles ne traversent pas toujours l'aire d'arrivée le temps d'une seule génération." C'est avec ces mots que Julian Castro, alors jeune maire, avait galvanisé les troupes à la convention démocrate.

 

Les observateurs lui longtemps prédit un brillant avenir politique, voire la première place. Mais Julián Castro n'a jamais remporté une élection à un poste fédéral. Il se présente à la présidence car « avec de grands rêves et une force de travail hors du commun, tout est possible dans ce pays ». C’est ce qu’il déclaré à San Antonio, en annonçant sa candidature à la présidence le 12 janvier 2019.

 

Ce n'est pas un des favoris

Toutefois, depuis qu'il a quitté le ministère HUD en 2017, l’étoile de Castro a beaucoup faibli et il paraît difficile qu’il se maintienne au niveau des candidats tels que Elizabeth Warren, Kamala Harris ou Cory Booker, et encore moins Bernie Sanders ou Joe Biden. Néanmoins, Castro, qui n’a que 44 ​​ans, a formé un comité exploratoire en décembre, déclarant dans un attaque très peu moins voilée au président Donald Trump que « les Américains sont prêts à sortir de cette noirceur ». Cette campagne serait donc surtout le moyen pour lui de retrouver un rôle au premier plan dans l’immédiat et, peut-être, un poste de ministre dans un gouvernement démocrate en cas de victoire de son camp..

 

Sa grande faiblesse est son manque d’argent pour une telle course. Castro n’est pas un multimillionnaire. Sa plus récente déclaration d’impôts, datant de janvier 2017, indique que lui et son épouse, Erica, possèdent ensemble des actifs d'une valeur comprise entre  $140 000 et $470 000 - non compris la valeur de leur résidence principale.

Rédiger un commentaire

Commentaires

  • kredit 4 you polo (jeudi, 01. décembre 2016 21:12)

    Thinking like that shows an expert's touch

  • cialis (jeudi, 09. février 2017 20:23)

    Extra Dosage works faster than other ED drugs and lasts for an extended period of time.

  • cialis_cyanopsia (jeudi, 13. avril 2017 18:27)

    If you for the thread is you marked thread itself let me, generico.

Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

contact@branaa.fr

Comprendre

Tweets de jean-eric branaa @BranaaJean

Dossiers

Dernières pages ajoutées

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean-Eric Branaa