Les clefs de l'Amérique par Jean-Eric Branaa
Les clefs de l'Amériquepar Jean-Eric Branaa

L'affaire Uranium One

L’ancien Président américian Barack Obama et Hillary Clinton, candidate démocrate à la présidentielle de 2016, sont visés par deux enquêtes parlementaires.

 

L’une des enquêtes est en lien avec une affaire qui remonte à octobre 2010. En effet, l’administration Obama avait autorisé la vente d’une groupe minier canadien à une société russe, ce qui a permis à la Russie d’avoir accès à un stock d’uranium américain. Ainsi, le Minsitère des affaires étrangères et d'autres organismes dont le Comité des investissements étrangers aux États-Unis (CFIUS) ont approuvé à l'unanimité la vente partielle d'Uranium One, une société minière canadienne, au géant russe Rosatom permettant, d’après les républicains, au président russe Vladimir Poutine de mettre le pied au coeur de l'industrie de l'énergie atomique des États-Unis.

 

Les agents du FBI et un informateur confidentiel ont fait des enregistrements secrets, recueilli des dossiers et intercepté des courriels dès 2009, qui montreraient que des responsables russes ont compromis une entreprise américaine de transport d'uranium avec des pots-de-vin. Le ministère de la Justice n'a porté des accusations qu'en 2014. En plus d'être responsable de l'approbation de l'accord Uranium One, l'administration Obama a accordé un visa de travail temporaire à l'exécutif russe Vadim Mikerin en décembre 2011 et l'a renouvelé en août 2014, selon des documents judiciaires qui ont été publiés le 17 octobre 2017.

 

Mikerin serait coupable d’entreprises illégales dès 2009, mais il n'a été arrêté et accusé d'extorsion que quelques mois après que l'administration Obama ait renouvelé son visa de travail. L'administration Obama et les Clinton ont tous deux insisté sur le fait qu'il n'existait aucune preuve de l'ingérence de la Russie et qu'il n'y avait aucune préoccupation quant à la sécurité nationale justifiant que le CFIUS s'oppose à l'accord.

 

Le Commission judiciaire du Sénat a exigé que 10 agences fédérales qui ont joué un rôle dans l'affaire révèlent si elles savaient que le FBI détenait des preuves de corruption russe avant de valider l'accord. Dans la nuit du 18 octobre, la commission a intensifié sa pression en demandant la permission d'interroger l'informateur infiltré qui avait été empêché de divulguer des informations sur la période de près de cinq ans parce qu'il avait signé un accord de non divulgation avec le FBI. Le 24 octobre, le président du comité, le sénateur républicain Chuck Grassley a exigé que tous les dossiers de visa et de documentation détenus par le Ministère des Affaires étrangères et le Ministère de la Sécurité intérieure concernant Mikerin, soient communiqués avant le 7 novembre 2017.

 

Les Républicains s’inquiètent de cette vente alors que l’uranimum sert de base à la bombe nucléaire. D’après eux, cela remet en cause la sécurité nationale et le public aurait dû être alerté immédiatement, par l’intermédiaire du Congrès. Ils visent donc Barack Obama et Hillary Clinton, mais également Eric Holder, qui était ministre de la justice à l’époque, ainsi que Robert Mueller, qui était directeur du FBI.

 

Robert Mueller est aujourd’hui le procureur indépendant qui conduit l’enquête dans le dossier de la collusion entre la campagne Trump et la Russie. Sean Hannity, animateur vedette de Fox News a appelé à sa demission immediate. Pour plusieurs élus démocrates, ces enquêtes n'ont pour seul but que de détourner l’attention des enquêtes en cours.

 

"Je pense que la vente de l'uranium à la Russie et la façon dont cela a été fait ont été très malhonnêtes et il y a d'énormes sommes d'argent en jeu," a déclaré pour sa part le président Trump, "Je pense que c'est le Watergate de l'âge moderne."

 

 

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

contact@branaa.fr

Comprendre

Tweets de jean-eric branaa @BranaaJean

Dossiers

Dernières pages ajoutées

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean-Eric Branaa