Les clefs de l'Amérique par Jean-Eric Branaa
Les clefs de l'Amériquepar Jean-Eric Branaa

Les prisons aux Etats-Unis

Un constat alarmant sur la faillite de la justice pénale et du système carcéral aux Etats-Unis, l’une des sociétés démocratiques les plus répressives au monde.

 

  • Le système carcéral américain est le plus important au monde: Plus de deux millions de prisonniers, dont la moitié sont Afro-Américains.
  • Les prisons et le système des libertés conditionnelles coûtent chaque année 80 milliards de dollars au gouvernement fédéral.
  • Les Etats-Unis représentent 5% de la population mondiale mais 25% de la population carcérale mondiale.
  • Les Etats-Unis ont 7 fois de prisonniers que la France, 11 fois plus que la Hollande et 15 fois plus que le Japon.
  • La « guerre contre la drogue » lancée sous Richard Nixon a engendré une « incarcération de masse » pendant plusieurs décennies jusqu’à l’élection de Barack Obama: Entre 1980 et 2008, le nombre de prisonniers est passé de 500 000 à 2,3 millions (180000 dans les pénitenciers fédéraux / chiffre de novembre 2018).
  • La réforme de la justice pénale mise en place par Eric Holder, le ministre de la justice de Barack Obama, qui a permis de diminuer ce nombre pour la première fois en trente ans, a d'abord été annulée par son successeur, Jeff Sessions (jusqu'à son départ du ministère) : Ce dernier a demandé aux juges d’appliquer sanctions et peines minimum avec le plus de sévérité possible – malgré le consensus des Démocrates et 
    Le nombre de prisonniers a donc augmenté à nouveau.
  • Les USA emprisonnent ses citoyens pour des délits qui ne méritent pas la prison comme la possession de drogues, prostitution et imposent des condamnations très dures pour des infractions mineures
    La loi dite « Three Strikes, you’re out », la « loi des trois coups » votée en 1994 sour Bill Clinton, peut condamner à la prison à vie un prévenu condamné pour un troisième crime ou délit.
  • L’incarcération de masse brise des familles, empêche les anciens détenus d’obtenir un emploi (à cause de règles fixées par les Etats) et aurait contribué à augmenter de 20% le taux de pauvreté aux Etats-Unis.
  • A retenir:

Arrivé un certain point, les coûts de l’incarcération dépassent les bénéfices.
Les prisons sont chères – les complexes doivent être construits, les gardiens payés, les prisonniers nourris. Les détenus, enfermés, ne peuvent ni travailler, ni soutenir leur famille, ni payer des impôts. L’argent dépensé dans les prisons ne peut être dépensé dans d’autres programmes qui pourraient essayer réduire la criminalité, en engageant davantage de policiers, en améliorant les écoles dans les quartiers défavorisés.
Et surtout, enfermer des mineurs peut les rendre plus dangereux en les laissant côtoyer des criminels.

FIRST STEP ACT

 

Le 14 novembre 2018, Donald Trump a apporté à son soutien à la réforme de la justice proposé sur une ligne bipartisane. Le First Step Act permettra d'accentuer la réinsertion, limitera la loi des Trois Coups à 25 ans maximum et décriminalisera progressivement la consommation de drogues douces. Le First Step Act est considéré par les associations de défense des libertés comme une avancée majeure, permettant de réduire les discriminations rencontrées par les Afro-Américains dans le système judiciaire américain. La loi change profondément la philosophie d'une justice américaine qui était essentiellement punitive et qui mettra désormais l'accent sur la réinsertion.

Le First Step Act limite la loi des Trois Coups, dont les dérives ont amené même les plus répressifs à la remettre en question. La limitation à 25 ans est une première réponse. Dans certains états, on s'interroge pour supprimer tout simplement cette disposition.

Le surpeuplement des prisons US est une des cibles premières du First Step Act. La possession ou consommation de drogue est le premier motif d'incarcération. La loi veut corriger cela aussi.

La présentation du First Step Act au Congrès sera l'aboutissement d'un long processus, lancé par Barack Obama en juillet 2015. Cette loi marquera donc un virage législatif sous la présidence Trump, où les deux partis devraient enfin travailler ensemble sur un texte majeur. La fin de mandat de Barack Obama avait alors été marquée par une série de grâces présidentielles accordées à des détenus condamnés à des peines allant de 20 ans de réclusion à la perpétuité pour des affaires de drogue sans violence. 1927 personnes en ont bénéficié.

Le soutien apporté par Donald Trump à la loi First Step Act est un virage très profond par rapport à ses déclarations de campagne et à son positionnement "dur contre le crime". Les plus conservateurs devraient certainement réagir très vite.

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

contact@branaa.fr

Comprendre

Tweets de jean-eric branaa @BranaaJean

Dossiers

Dernières pages ajoutées

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean-Eric Branaa