Les clefs de l'Amérique par Jean-Eric Branaa
Les clefs de l'Amériquepar Jean-Eric Branaa

Primaires démocrates: qui sont les candidats?

1. JOHN DELANEY

Qui est-il?
Ancien membre du Congrès, représentant du Maryland. Il a effectué quatre mandats, mais reste pourtant totalement inconnu du grand public.

Son entrée dans la course
Delaney s'y est pris très tôt, dès le 29 juillet 2017, dans l'espoir que son avance permettrait de compenser le manque de reconnaissance de son nom.

Pourquoi veut-il courir?
Delaney, un homme d’affaires prospère, se présente comme quelqu'un capable de relancer de centre.

A-t-il des soutiens?
Pas vraiment. Il a pratiquement déménagé dans l’Iowa dans l’espoir de doper ses chances dans le premier État qui organise le premier caucus, mais même là, son nom n’est pas connu, même avec une campagne qui a un an d'avance sur tous les autres à tel point que, pour atteindre les 65000 donateurs exigés pour pouvoir participer aux débats, il propose de verser $2 à une oeuvre caritative pour chaque dollar récolté!

Peut-il remporter la nomination?
Vous pouvez répéter la question?
2. ANDREW YANG

Qui est-il?
Andrew Yang est un entrepreneur qui a réussi dans les nouvelles technologies. Il a créé plusieurs société, dont Manhattan Prep, puis Venture for America.

Son entrée dans la course
Il s'est lancé le 6 novembre 2017.

Pourquoi veut-il courir?
La grande idée de Yang est un revenu de base universel de 1000 dollars pour chaque Américain de plus de 18 ans.

A-t-il des soutiens?
Sa famille. A part eux, ce n'est pas très clair.

Peut-il remporter la nomination?
Non.
3. JULIAN CASTRO

Qui est-il?
Il était le maire de San Antonio, au Texas, avant d'être nommé ministre du logement et du développement urbain par Barack Obama de 2014 à 2017.

Son entrée dans la course
Il s'est lancé le 12 janvier 2019.

Pourquoi veut-il courir?
Il a longtemps eu le statut "d'étoile montante du Parti démocrate" sans en récolter les lauriers. Il aimerait concrétiser et compte sur ses racines hispaniques pour cela: cela devrait être un avantage à un moment où faire partie de la diversité est un atout certain.

A-t-il des soutiens?
Il souhaiterait obtenir le soutien de Barack Obama, mais le 44e président ne semble pas prêt à soutenir qui que ce soit pour le moment.

Peut-il remporter la nomination?
Tout est possible dans une course dans laquelle il y a autant de monde. Son moment devrait venir aux alentours des primaires: il faudra qu'il sache la saisir, et ne pas retomber dans les oubliettes.
4. KAMALA HARRIS

Qui est-elle?
C'est une toute jeune sénatrice, à peine dans son 1er mandat, puisqu'elle a été élue en 2016. Sa notoriété nationale n'est pas très grande. Auparavant elle était procureure en Californie.

Son entrée dans la course
Elle a fait son annonce le 21 janvier 2019, symboliquement le jour de Martin Luther King aux Etats-Unis, une date importante pour la communauté noire, qu'elle souhaite conquérir pour se propulser vers la victoire.

Pourquoi veut-elle courir?
Kamala Harris veut porter la parole des femmes, persuadée qu'une femme ancienne procureure est la plus à même de conquérir la Maison-Blanche. Son programme est très généraliste et se veut le plus large possible, pour s'adresser au plus grand nombre.

A-t-elle des soutiens?
On trouve un nombre impressionnant de démocrates de l'establishment à ses côtés, notamment beaucoup venus de la campagne d'Hillary Clinton. Mais les soutiens formels ne se sont pas encore manifestés.

Peut-elle remporter la nomination?
Sur la ligne de départ, elle figure parmi les prétendantes les plus sérieuses. Il reste toutefois à faire campagne et à convaincre le pays.
5. MARIANNE WILLIAMSON

Qui est-elle?
Vous ne connaissez peut-être pas l'auteure, qui a une carrière très américaine, mais peut-être avez-vous déjà entendu ses aphorismes comme, par exemple: "notre peur la plus profonde n'est pas de ne pas être capable de faire, mais d'être trop puissants au-delà de toute mesure."

Son entrée dans la course
Elle est entrée en campagne le 28 janvier 2019.

Pourquoi veut-elle courir?
Bonne question. Ses engagements ont surtout été associatifs et elle dit vouloir changer le monde. Sur son site, elle indique que sa campagne sera consacrée "à la recherche de la richesse intérieure". La religion tient une grande place dans sa campagne. Elle a été très critique envers Hillary Clinton en 2016, à qui elle reproche ses amitiés avec les plus riches.

A-t-elle des soutiens?
Pas à proprement parler, mais elle a beaucoup de fans et c'est une auteure à succès. Cela pourrait peut-être créer un petit courant en sa faveur, ou un grand. C'est à suivre.

Peut-elle remporter la nomination?
Certains voudraient bien croire que tout est possible dans ce pays, mais là ce serait quand même beaucoup.
6. CORY BOOKER

Qui est-il?
Il est sénateur du New Jersey. Auparavant, il a été maire de Newark. C'est aussi un accroc aux médias sociaux, où il se montre particulièrement efficace.

Son entrée dans la course
Sa déclaration date du 1er février 2019.

Pourquoi veut-il courir?
Il a été très engagé durant son mandat de sénateur, notamment dans le domaine de la justice et de la santé. Il soutient une réforme profonde de la justice pénale et veut instaurer l'assurance-maladie pour tous (Medicare for All), ainsi qu'une couverture totale pour les enfants. Il se montre de plus en plus progressiste à mesure que le Parti glisse sur la gauche. C'est un centriste compatible avec beaucoup d'autres.

A-t-il des soutiens?
Il espère créer un mouvement autour de lui à l'instar de Barack Obama, qui est son inspirateur. C'est un proche de Mark Zuckerberg et de nombreux autres dirigeants de la Silicon valley, mais aussi du monde de la finance. Certains y voient un frein qui pourrait l'empêcher de conquérir la gauche de la gauche. Cela reste à démontrer.

Peut-il remporter la nomination?
Il en a la carrure. Reste à réussir cette campagne et, en premier lieu, d'arriver à s'extirper du peloton.
7. TULSI GABBARD

Qui est-elle?
Elle n'aura que 39 ans en 2020 et sera la candidate la plus jeune (mais le candidat le plus jeune est Pete Buttigieg, à six mois près). Représentante d'Hawaii depuis 2013, elle est aussi une vétéran de l'armée et a servi en Irak.

Son entrée dans la course
Elle est entrée officiellement en campagne le 2 février 2019, par une déclaration faite depuis Honolulu. Son entrée a été difficile: elle avait été annoncée dès le début du mois de janvier mais cela lui a valu une campagne de presse négative très forte, ce qui a différé l'entrée formelle.

Pourquoi veut-elle courir?
Tulsi gabbard explique que son problème est "la guerre et la paix". Elle veut défendre des positions fortes en politique étrangère et, notamment, un non-interventionnisme américain. Si elle était élue elle serait la première présidente d'origine hindoue.

A-t-elle des soutiens?
Gabbard est très proche de Bernie Sanders et bénéficiera d'une grande partie de ses réseaux. Elle a démissionné de son poste de vice-présidente du comité national démocrate en 2016, en soutien à Bernie Sanders qui se disait spolié par le Parti. Elle a aussi des vents contraires très forts, notamment en raison de ses positions passées pro-Bachar al-Assad, et surtout anti-hommosexuels.

Peut-elle remporter la nomination?
Il semble plus probable qu'elle vise surtout un poste de vice-présidente et attend que Bernie Sanders soit sélectionné. quoi qu'il arrive, on pourra ajouter ses voix à celle du vieux sénateur.
8. ELIZABETH WARREN

Qui est-elle?
Sénatrice du Massachusetts depuis 2013, Elizabeth Warren était auparavant professeur de droit à Harvard. Elle a contribué à la création du Bureau de la Protection Financière des Consommateurs (Consumer Financial Protection Bureau) et a écrit un livre sur les revenus de la classe moyenne.

Son entrée dans la course
Après avoir longtemps affirmé qu'elle n'irait pas, elle a lancé sa campagne le 9 février 2019.

Pourquoi veut-elle courir?
La campagne d'Elizabeth Warren est principalement axée sur la lutte contre les inégalités, ce qui a toujours été sa préoccupation, même bien avant d'entrer en politique. Elle a proposé de taxer les millionnaires: une taxe qui touchera celles et ceux qui gagnent plus de $50 millions par an. Elle souhaite également mettre en place un vraie refonte de la politique du logement. Sa troisième proposition forte consiste à démanteler les GAFA, qui ont pris trop de pouvoirs dans notre société, selon elle.

A-t-elle des soutiens?
Elle va attirer des gens proches de la gauche de la gauche et donc déjà proches de Bernie Sanders. seulement, l'étoile de Sanders brille très fortement en début de campagne et il lui sera donc difficile d'exister également, même si elle se montre extrêment pédagogique et très persuasive. Mais elle reste en embuscade. Donald Trump a aussi dit qu'il adorerait l'avoir en face de lui dans la course finale.

Peut-elle remporter la nomination?
Elizabeth Warren est davantage compatible avec le Parti démocrate que Bernie Sanders. Si le glissement du Parti se fait plus fort à gauche, elle deviendra un recours pour les dirigeant du DNC, qui pourrait être tenté de la soutenir pour barrer la route au redoutable sénateur du Vermont. On reparlera alors à nouveau de son test ADN raté, alors qu'elle tentait de démontrer qu'elle avait une ascendance améridienne, ce que le test a refuté.
9. AMY KLOBUCHAR

Qui est-elle?
Elle est sénatrice du Minnesota depuis 2007.

Son entrée dans la course
Elle a annoncé son intention de participer à la présidentielle le 9 février 2019, par une annonce faite en extérieur, sous une tempête de neige, depuis son Etat. 

Pourquoi veut-elle courir?
Amy klobuchar est une centriste, issue d'un Etat du centre. Elle est progressiste mais reste modérée, ce qui peut présenter un attrait aux yeux des électeurs du Midwest et pour les plus modérés du Parti. Elle est assez peu investie dans les questions qui touchent les classes moyennes.

A-t-elle des soutiens?
Les centristes de façon générale apprécieront sa campagne. Mais les progressistes ont apprécié son implication lors des auditions du juge Kavanaugh, où elle n'a pas ménagé le futur juge, ce qui lui a valu de nombreux fans. 

Peut-elle remporter la nomination?
Sa faible notoriété nationale fait douter beaucoup d'observateurs; Pourtant, son positionnement, qui reste très classique dans le Parti, est son atout le plus fort. En cas de mou de la part de Joe Biden, on pourrait la voir être propulsée très haut. Il lui faudra cependant alors combattre les critiques qui reviendront sur les accusations qui ont entaché son début de campagne: on l'a accusée d'être trop dure avec ses employés et collaborateurs, voire parfois agressive.
10. BERNIE SANDERS

Qui est-il?
Si vous n'avez jamais entendu parler du sénateur du Vermont, c'est peut-être que vous vivez dans une grotte. Candidat malheureux à la primaire démocrate en 2016 face à Hillary Clinton, il remet ça cette fois-ci avec la ferme intention de l'emporter. Il se dit socialiste, ce qui est déjà une curiosité aux Etats-Unis et il était le doyen des candidats jusqu'à l'entrée en campagne de Gravel. Il aura quand même 79 ans au moment de l'élection.

Son entrée dans la course
Sa déclaration d'entrée en campagne date du 19 février 2019.

Pourquoi veut-il courir?
Pour les mêmes raisons qu'il a souhaité se présenter en 2016 et qu'il a toujours été candidat: il se passionne pour la redistribution des richesses, la lutte contre les inégalités et la création d'une couverture sociale plus efficace et ouverte à tous.

A-t-il des soutiens?
Il a retrouvé tous ses soutiens de 2016, moins –peut-être– quelques déçus qui se sont tournés vers Elizabeth Warren ou Tulsi Gabbard. Il sait cependant qu'il devrait récupérer leurs voix au final.

Peut-il remporter la nomination?
Il est donné comme un des grands favoris, voire "le" favori, d'autant que le Parti démocrate a fait un sérieux glissement sur sa gauche. Mais les centristes du Parti n'ont pas dit leur dernier mot.
JAY INSLEE

Qui est-il?
jay Inslee est gouverneur de Washington. C'est son second mandat. Auparavant il était représentant de son Etat à la Chambre.

Son entrée dans la course
Il est entré en campagne date le 1er mars 2019.

Pourquoi veut-il courir?
Sa principale motivation est la lutte contre le changement climatique. C'est l'enjeu majeur à ses yeux et cette question est au centre de sa campagne.

A-t-il des soutiens?
Sa campagne devrait logiquement recevoir l'appui des écologistes et il espère que son mandat à la tête de l'association des Gouverneurs Démocrates, qu'il vient d'achever, l'aidera, car il a lui-même aidé beaucoup de candidats partout dans le pays. Mais ce ne sera pas facile partout, comme par exemple dans le New Hamsphire où sa campagne n'a pas pris du tout.

Peut-il remporter la nomination?
cela semble difficile mais vraiment pas impossible: son statut de gouverneur est un atout qu'on ne mesure pas en ce début de campagne.
JOHN HICKENLOOPER

Qui est-il?
John Hickenlooper était le gouverneur du Colorado jusqu'en janvier. Dans sa vie antérieure il a été tour à tour maire de Denver, géologue, propriétaire d'une brasserie... C'est un touche-à-tout qui réussit plutôt bien là où il passe.

Son entrée dans la course
Sa campagne a été lancée le 4 mars 2019, immédiatement après celle de Jay Inslee, un autre gouverneur.

Pourquoi veut-il courir?
Il se présente comme un gestionnaire et un négociateur efficace qui a gouverné un Etat que beaucoup regardent avec envie au vu de ses résultats. 

A-t-il des soutiens?
Son profil plait beaucoup aux politiciens et aux experts, mais il n'a pas de notoriété nationale et cela parait court pour la construire dans un espace aussi encombré. A voir, donc.

Peut-il remporter la nomination?
Son côté trop proche des entreprises devrait lui nuire auprès des progressistes, qu'il veut pourtant séduire en priorité, notamment en mettant en avant son statut de gouverneur du Colorado, "Etat où la marijuana a été légalisée en premier".
11. BETO O'ROURKE

Qui est-il?
Ancien représentant d'El Paso, au Texas, à la Chambre, Beto O'Rourke est entré dans la campagne avec un statut à part de "légende" ou de "mythe", qu'il a gagné lors des élections de mi-mandat en 2018: il avait alors bien failli battre le sénateur sortant et ancien candidat à la présidentielle Ted Cruz.

Son entrée dans la course
Pendant longtemps, il a affirmé qu'il n'irait pas plus loin, mais il a pourtant lancé sa campagne le 14 mars 2019.

Pourquoi veut-il courir?
La question n'a pas été vraiment tranchée: il a surfé sur la campagne de presse extrêmement flatteuse qui a suivi sa campagne de 2018 et a pensé pouvoir faire un coup comme Obama. Il est jeune, branché et inspirant aux yeux de beaucoup et si son bilan électoral ou son bilan d"élus sont très maigres, il compte sur sa posture libérale (de gauche) pour faire la différence. 

A-t-il des soutiens?
On trouve de nombreux fans autour de lui mais rien ne dit que ce soit une base solide. Il semblerait même plutôt que cela soit un conglomérat glâné sur Twitter et sur Instagram, et qui pourrait très vite se reporter sur un autre ou une autre dans cette course.

Peut-il remporter la nomination?
Ses fans en sont convaincus.
KIRSTEN GILLIBRAND

Qui est-elle?
Elle est sénatrice de New York depuis 2009, en remplacement de Hillary Clinton. Avant cela, elle a été élue à la Chambre, comme représentante du  même Etat.

Son entrée dans la course
Elle a confirmé son intention de participer à la présidentielle le 17 mars 2019. Mais elle était déjà en campagne depuis un petit bout de temps à ce moment-là... 

Pourquoi veut-elle courir?
Gillibrand s'est concentrée sur les problèmes des femmes, du harcèlement sexuel, l'égalité dans les rémunérations et son rôle en tant que mère occupe une place centrale dans la vidéo qui annonce son entrée en campagne. Alors qu'elle était il y a encore peu une démocrate plutôt conservatrice, elle a changé de positionnement et on la retrouve de plus en plus à gauche.

A-t-elle des soutiens?
Elle espère avoir conservé ses soutiens parmi les plus centristes du Parti et avoir gagné aussi le soutien des féministes, qui seraient donc sa clé vers les plus progressistes. En revanche son changement de créneau lui a aussi apporté l'inimitié des proches des Clinton. 

Peut-elle remporter la nomination?
Cela semble très difficile.
12. WAYNE MESSAM

Qui est-il?
Beaucoup de gens imaginait bien qu'il y aurait un jeune maire de Floride dans cette course, mais ils pensaient plutôt à Andrew Gillum. Wayne Messam est maire de la petite ville de Miramar, au nord ouest de Miami, depuis 2015. C'est tellement anecdotique que sa notoriété n'est pas pas assurée en Floride. Ou plutôt, il est davantage connu pour son talent au football: il a été receveur et a gagné le championnat national avec les Seminoles en 1993.

Son entrée dans la course
Il s'est lancé le 17 mars 2019.

Pourquoi veut-il courir?
dans son premier clip vidéo, il défend l'idée que "l'Amérique appartient à tous" et veut défendre un Rêve Américain qu'il dit être en train de disparaitre. C'est la raison pour laquelle il dit vouloir être président des Etats-Unis. 

A-t-il des soutiens?
Hors de sa ville qui compte à peine 100 000 habitants, Wayne Messam ne semble pas récolter baucoup de soutiens.

Peut-il remporter la nomination?
Non. Aucune chance.
13. TIM RYAN

Qui est-il?
Il représente l'Ohio à la Chambre depuis 2013. pendant de longs mois il était pressenti pour en devenir le Speaker en cas de victoire des démocrates. Il a finalement cédé le perchoir à Nancy Pelosi.

Son entrée dans la course
Il s'est lancé dans la campagne le 4 avril 2019.

Pourquoi veut-il courir?
Tim Ryan est un démocrate classique de la Rust Belt (la ceinture de la Rouille/ancien bassin ouvrier). Il est préoccupé par le sort des ouvriers et s'intéresse beaucoup à l'emploi manufacturier. Il est aussi un critique virulent de la direction actuelle du Parti démocrate.

A-t-il des soutiens?
Le fait que Ryan soit issue d'une région que Donald Trump a gagné à la surprise générale est un atout pour sa campagne: de nombreux donateurs sont prêts à le pousser pour afflaiblir le président en permettant à quelqu'un de local de représenter cette population et leurs aspirations. Mais il sera en concurrence avec Amy Klobuchar pour ce rôle.

Peut-il remporter la nomination?
Son profil national est encore faible et fait donc grandement douter de ses chances. La concurrence de Klobuchar l'afflaiblit encore.
ERIC SWALWELL

Qui est-il?
Il aura tout juste 40 ans au jour de l'élection et c'est le 3e candidat le plus jeune de peloton. Il est représentant de la Californie à la Chambre. 

Son entrée dans la course
Il a annoncé la lancement de sa campagne le 8 avril 2019, dans l'émission d'infotainement de Stephen Colbert "The Late Show".

Pourquoi veut-il courir?
Sa proposition princiaple est le contrôle des armes à feu. Il défend aussi l'idée qu'il faut renouveler la classe politique et passer dans un "nouveau monde". Il a déclaré :"il faut une nouvelle énergie, de nouvelles idées et une nouvelle relation de confiance pour y arriver".

A-t-il des soutiens?
Il a le soutien de beaucoup de jeunes pousses du Parti, qui contestent comme lui les vieux dirigeants. Mais cela peut difficilement se transformer en soutien solide, car chacun est plutôt affilié à un autre candidat.

Peut-il remporter la nomination?
Non. Aucune chance.
MIKE GRAVEL

Qui est-il?
Aujourd'hui à la retraite (et depuis longtemps), Mike Gravel sera âgé de 90 ans le jour de l'élection: c'est donc incontestablement le doyen de cette course et il fait passer Bernie Sanders pour un petit jeune. Il a été sénateur de l'Alaska pour deux mandats, du temps de la guerre du Vietnam et des Pentagon Papers: un livre d'histoire américaine à lui tout seul! Rendez-vous compte, c'est aussi à lui que l'on doit le spot de publicité électorale le plus célèbre de l'histoire: Daisy !

Son entrée dans la course
Il s'est lancé dans la campagne le 8 avril 2019, par une vidéo qui reste son plus grand investissement dans cette course présidentielle, car il ne fait pas campagne.

Pourquoi veut-il courir?
Sa campagne a pour but d'attirer l'attention sur trois questions qui lui semblent essentielles:
- la démocratie directe
- la prolifération nucléaire
- la politique étrangère, qu'il souhaite non-interventioniste.

A-t-il des soutiens?
C'est là que ça devient bizarre. Son comité de soutien est composé de trois étudiants qui ont imaginé cette campagne, avant de la proposer au vieux sénateur, qui a accepté. Ils annoncent que leur but est de perdre, mais de figurer aussi dans les débats, pour faire avancer leurs idées.

Peut-il remporter la nomination?
Il ne le souhaite même pas. 
14. PETE BUTTIGIEG

Qui est-il?
Il est le plus jeune des candidats et n'aura pas 39 ans le jour de l'élection. Il est maire d'une petite ville de l'Indiana, South Bend et a bondi au sommet du classement des candidats en à peine une dizaine de jour après un passage télé particulièrement réussi.

Son entrée dans la course
Il s'est lancé officiellement dans la campagne le 14 avril 2019, mais tout le monde le pensait déjà lancé depuis plusieurs mois, tellement il est présent sur le terrain et dans les médias.

Pourquoi veut-il courir?
Pete Buttigieg veut représenter sa génération, la génération Y. Il estime que les défis du monde frappent de plein fouet ceux de son âge, ou moins, et que ce sera la première génération à gagner moins que leurs parents. Le défi climatique fait aussi partie de son message.

A-t-il des soutiens?
Il est parti bien seul mais s'est retrouvé très entouré au jour de son lancement de campagne. Beaucoup d'anciens de la campagne d'Obama gravitent aujourd'hui dans son entourage ou semblent prêts à le rejoindre. Il a pour ambition d'amener les électeurs du MidWest à voter en masse, et à rejoindre les rangs démocrates, qu'ils ont déserté en 2016.

Peut-il remporter la nomination?
Jamais aucun maire n'a remporté une telle élection depuis DeWitt Clinton en 1812. Ses chances sur le papier sont donc quasiment nulles. et pourtant, en le regardant faire campagne, il est difficile de ne pas y croire.
SETH MOULTON

Qui est-il?
Il est un des représentants (député) du Massachusets ; c'est son 3e mandat. Moulton est juriste, diplômé d'Harvard Il est également un vétéran qui a servi dans les Marines, en Iraq.

Son entrée dans la course
Sa déclaration de candidature a été faite le 21 avril 2019, à la surprise générale, car il avait formellement annoncé en janvier qu'il renonçait. 

Pourquoi veut-il courir?
Il est persuadé que le Parti a besoin de renouveler ses cadres et que de nouveaux leaders doivent prendre toute leur place. Il souhaite être un de ceux-là. Il pense aussi être suffisament courageux et fort pour battre Donald Trump. A son avis, il faut "un leader dont le plus grand challenge dans la vie n'aura pas été ce combat contre cette brute de président", aime-t-il répéter en faisant une allusion à peine voilée à son engagement dans l'armée.

A-t-il des soutiens?
Pas vraiment. Ce serait même plutôt le contraire car il est plus ou moins en guerre avec le leadership de son Parti, dont Nancy Pelosi.

Peut-il remporter la nomination?
Cela serait un très grande surprise. Il ne peut même pas capitaliser sur son statut de vétéran: Tulsi Gabbard et Pete Buttigieg le concurrencent fortement sur ce terrain.
 
15. JOE BIDEN

Qui est-il?
Ancien vice-président, sénateur du Delaware et personnage central dans la vie politique américaine depuis de très longues années. Il sera âgé de 78 ans au moment de l'élection mais déclare que la question de l'âge n'est pas un sujet.

Son entrée dans la course
L'annonce est intervenue officiellement le jeudi 25 avril 2019, par le biais d'une vidéo qui a été diffusée sur les réseaux sociaux.

Pourquoi veut-il courir?
Joe Biden a toujours voulu être président et il est persuadé qu'il est le meilleur candidat, à la fois pour reconquérir les ouvriers, qui se sont détournés du Parti démocrate en 2016, mais, aussi et surtout, pour battre Donald Trump. Il n'a pas cessé de le répeter depuis deux ans. 

A-t-il des soutiens?
On peut compter sur tous les cadres du Parti, autrement dit sur le Parti lui-même: il aura les soutiens, les financements, l'organisation. Un peu comme Hillary Clinton en 2016. 

Peut-il remporter la nomination?
Il a déjà tenté l'aventure à deux reprises et s'est arrêté au milieu du chemin. Cette fois, il pense que c'est la bonne. Les sondages lui sont très favorables et le calendrier des primaires à venir également. Mais la route sera difficile car le très grand nombre de candidats fausse totalement le jeu et peut nous réserver de grosses surprises.
16. MICHAEL BENNET

Qui est-il?
Il est sénateur du Colorado depuis 2009. Il a été réélu à deux reprises.

Son entrée dans la course
Il a fait son annonce le jeudi 2 mai 2019, au cours d'une interview dans la matinale de CBS, CBS This Morning.

Pourquoi veut-il courir?
Bennet pense être un des plus qualifiés sur le plan de la gestion. Venu du monde des affaires, il est également persuadé que ce sera un plus pour contrer les républicains, et particulièrement Donald Trump. Il veut aussi montrer son envie de se battre, particulièrement après avoir appris qu'il avait un cancer de la prostate

A-t-il des soutiens?
Ses soutiens sont à peu près les mêmes que ceux de John Hickenlooper, l'autre élu du même Etat, le Colorado. Ils risquent donc de se gêner l'un l'autre. Il a peut-être plus de fans sur les réseaux sociaux grâce à une "sortie" contre Ted Cruz, dans une vidéo qui est dévenue virale, lors du shutdown de 2019. cela ne veut pas dire qu'il sera soutenu pendant la campagne pour autant.

Peut-il remporter la nomination?
Sa notoriété nationale n'est pas très forte et le risque est surtout qu'il gêne d'autres prétendants parmi les plus jeunes, en provoquant un éparpillement des voix entre eux encore plus grand. 
17. STEVE BULLOCK

Qui est-il?
C'est le gouverneur du Montana. Il a gagné en 2016, alors même que Donald Trump a gagné le scrutin présidentiel dans son Etat.

Son entrée dans la course
Il a fait son annonce le mardi 14 mai 2019.

Pourquoi veut-il courir?
Il veut réformer le financement des campagnes électorales et rendre les campagnes électorales plus ethiques. Il prétend aussi qu'on peut travailler en faisant des compromis avec l'autre camp, une attitude qui tend à disparaitre.

A-t-il des soutiens?
Dans sa région il y a assez peu de soutiens naturels pour les démocrates. Or, il n'a pas une notoriété nationale immense. Cela lui laisse peu d'espace. Il pourrait toutefois séduire le monde rural, d'où il vient aussi.

Peut-il remporter la nomination?
Cela va être très difficile pour lui d'émerger avec autant de candidats mais il a l'avantage d'être un gouverneur.
18. BILL DE BLASIO

Qui est-il?
Il est le maire de New York.

Son entrée dans la course
Il a fait son annonce le jeudi 16 mai 2019.

Pourquoi veut-il courir?
Il a longtemps été un défenseur obstiné d'un virage vers la gauche du Parti démocrate, notamment sur les questions économiques, et ce point sera au centre de sa campagne, bien qu'il semble avoir été largement dépassé sur ces questions par beaucoup d'autres depuis.

A-t-il des soutiens?
C'est son plus gros problème: son mandat à New York n'est pas des plus calmes et il s'est fait surtout beaucoup d'ennemis.

Peut-il remporter la nomination?
On peut raisonnablement en douter.
19. JOE SESTAK

Qui est-il?
Il est député de l'assemblée de Pennsylvanie. Il n'a eu aucun mandat fédéral. Retraité de la marine (ancien vice-amiral)

Son entrée dans la course
Il a fait son annonce le dimanche 23 juin 2019. Il a expliqué que son entrée a été tardive car il s'occupait jusqu'alors de sa vie, malade d'un cancer et qu'il a attendu que les médecins confirment qu'elle était en rémission.

Pourquoi veut-il courir?
Il explique que c'est un aboutissement logique après une longue carrière militaire, qui lui a fait prendre conscience de l'importance de la politique étrangère. Ses propos rappellent beucoup ceux du général Wesley Clark, candidat en 2004.

A-t-il des soutiens?
Personne ne s'est signalé à ses côtés pour l'instant. 

Peut-il remporter la nomination?
Aucune chance.
20. TOM STEYER

Qui est-il?
C'est un investisseur californien qui a fait fortune, est devenu milliardaire et est aujourd'hui à la retraite. Il s'est investi dans la lutte contre les changements climatique et y a investi aussi une grande partie de sa fortune. Il est devenu dans les dernières années le plus important donateur du Parti démocrate.

Son entrée dans la course
Il a fait son annonce le mardi 9 juillet 2019 au travers d'une vidéo. C'est une entrée surprise car il avait annoncé le 9 janvier qu'il ne voulait plus concourir, après avoir été donné partant pendant de très longs mois.

Pourquoi veut-il courir?
Sa marotte est d'obtenir la destitution de Doanld Trump: il finance une association entièrement dédiée à cette cause et finance aussi les élus qui veulent bien relayer cette idée. On comprend pourquoi certains étaient si actif sur ce sujet!

A-t-il des soutiens?
Oui, de nombreux élus se disent proches de lui (surtout celles et ceux qu'il finance). Au niveau de la base du Parti il est aussi très populaire, notamment par celels et ceux qui sont impliqués dans le mouvement de "résistance" à Donald Trump.

Peut-il remporter la nomination? 
Pas plus de chance que les 20 autres "petits" candidats.

Passages médias

 

Prochains passages médias:

- aucun médias pendant la trève d'été!

 

 

 

Mon dernier article :

Les démocrates tétanisés face à l’insolente réussite économique de Donald Trump
dans "The Conversation"
 
 
 

 

 

 

 

 

Mon dernier livre

Et s'il gagnait encore?

Chronique pour comprendre les élections présidentielles US, et celles de 2020 en particulier.

Editions VA Press, mai 2019

https://bit.ly/2GSXDNd

Bienvenue sur les clefs de l'Amérique !

Je suis ravi de vous accueillir sur ce site.  Il s'adresse à mes étudiants, ainsi qu'à tous ceux qui aiment les Etats-Unis et/ou veulent aller plus loin pour en comprendre la complexité : les questions économiques, politiques et sociales américaines sont décodées dans la rubrique "comprendre", afin de faciliter la lecture de l'actualité.

 

Je travaille sur ce site un petit peu chaque jour: il faut lui laisser le temps de grandir. J'espère que cela ne gênera pas votre lecture et qu'il vous aura été utile.

 

Vous pouvez également me retrouver sur Twitter à @BranaaJean et sur Facebook sur la page USAnews

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

contact@branaa.fr

Comprendre

Tweets de jean-eric branaa @BranaaJean

Dossiers

Dernières pages ajoutées

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean-Eric Branaa