Les clefs de l'Amérique par Jean-Eric Branaa
Les clefs de l'Amériquepar Jean-Eric Branaa

Scott Pruitt

Scott Pruitt, 48 ans, un républicain, a passé l'essentiel de son temps comme ministre de la Justice de l'Oklahoma à se battre contre l'agence à la tête de laquelle il vient d'être nommé. Il a ainsi mené une bataille judiciaire contre les mesures réglementaires du président Barack Obama, mises en oeuvre par l'EPA, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des centrales électriques au charbon.

Donald Trump a promis durant sa campagne de défaire les lois et réglementations pour la protection de l'environnement et la lutte contre le réchauffement climatique, accusant Barack Obama d'avoir déclaré la guerre au charbon, un sujet électoral sensible dans plusieurs états. Il avait ainsi indiqué son intention de retirer les Etats-Unis, deuxième émetteur mondial de gaz à effet de serre après la Chine, de l'accord de Paris sur le climat signé fin 2015 par 192 pays. 

 

Un climatosceptique convaincu

 

Bernie Sanders déplore ce choix pour la tête de l’EPA. Officiellement, Trump a juré qu’il restait « ouvert » sur la question du changement et de l’accord de Paris. Mais il a douché les espoirs de ceux qui espéraient un infléchissement de sa part : en choisissant le climato-sceptique Scott Pruitt pour diriger l’Agence pour l’environnement (EPA il lance le démantèlement de la politique de Barack Obama. Scott Pruitt s’est récemment fendu d’un édito affirmant que le débat sur le climat est « encore loin d’être tranché » et que « les scientifiques ne sont pas d’accord sur l’importance du réchauffement climatique ni sur son lien avec actions humaines ». Surtout, l’ancien ministre de la Justice de l’Oklahoma a mené la fronde des Etats républicains en traînant en justice l’EPA pour contester certaines régulations sur les émissions carbone. Son CV ne s’arrête pas là. Selon une enquête du New York Times, Pruitt a participé, en 2014, à une alliance secrète avec des représentants de l’industrie du pétrole et du charbon pour combattre l’EPA.

 

Un choix « triste et dangereux », selon Bernie Sanders

 

Ce choix a vivement fait réagir, mercredi soir. «Au moment où le changement climatique représente la plus grande menace environnementale pour toute la planète, il est triste et dangereux que M. Trump ait nommé Scott Pruitt pour diriger l’EPA», a attaqué Bernie Sanders.

Selon l’ancien rival démocrate d’Hillary Clinton, « M. Pruitt a non seulement dit ne pas croire au changement climatique, mais c’est aussi quelqu’un qui a travaillé étroitement avec l’industrie des énergies fossiles pour rendre ce pays plus dépendant à cette source énergétique. » Mais pour Trump, qui a déclaré pendant la campagne que le changement climatique était un «hoax inventé par les Chinois», ce choix n'est au final pas vraiment surprenant. En espérant pour la planète que l'accord de Paris ne fera pas Pruitt.

 

 

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

contact@branaa.fr

Comprendre

Tweets de jean-eric branaa @BranaaJean

Dossiers

Dernières pages ajoutées

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean-Eric Branaa