Les clefs de l'Amérique par Jean-Eric Branaa
Les clefs de l'Amériquepar Jean-Eric Branaa

Les candidats républicains

Aux Etats-Unis, la course à la Maison blanche est lancée pour l'élection de novembre 2016. Six républicains se sont déjà déclarés candidats à la primaire de leur parti, et une dizaine d'outsiders se préparent en coulisses.

 

Ted Cruz, le chantre du Tea party

Le républicain Ted Cruz est le premier candidat républicain à s'être lancé dans la course à l’investiture pour 2016, le 23 mars, avec un simple tweet accompagné d'une vidéo de trente secondes : "Je présente ma candidature pour la présidence et j’espère obtenir votre soutien !"

Son parcours. Conservateur de 44 ans, né à Calgary, au Canada, il est le fils d’un opposant cubain au dictateur Fulgencio Batista. Ted Cruz se lance en politique en 2000 aux côtés de George W. Bush. Il occupe alors sous l'administration Bush divers postes à responsabilités, notamment au département de la Justice, note Le Monde.

Il est élu sénateur du Texas en 2012 et devient rapidement une figure du mouvement ultra-conservateur Tea Party. Qualifié d'"oiseau cinglé de la droite" par le républicain John McCain, il est en partie responsable du "shutdown" budgétaire qui avait bloqué le pays pendant deux semaines en 2013, note Les Echos. Baptiste, Ted Cruz mise notamment sur la base évangélique du parti pour l'emporter.

Son slogan. "Je crois au pouvoir de millions de conservateurs courageux qui se lèvent pour renouveler la promesse de l'Amérique."

 

Rand Paul, le libertarien

Rand Paul a officialisé sa candidature le 7 avril avec un programme destiné à faire de lui le candidat "de la liberté" face à celui de l'establishment symbolisé par le républicain Jeb Bush, qui devrait rapidement se lancer dans la course. 

Son parcours. Conservateur libertarien et précurseur du Tea Party, Rand Paul fait partie d'une dynastie politique américaine. A 52 ans, il marche sur les traces de son père, Ron Paul, défenseur des idées libertariennes (baisse des impôts, limitation des pouvoirs de l’Etat), qui s'est présenté à l’élection présidentielle de 1988 et aux investitures républicaines de 2008 et 2012.

Elu sénateur du Kentucky en 2011, il devient le premier membre du Tea Party à accéder au Sénat. Rand Paul dénonce "tout le système politique". Il propose de limiter le nombre de mandats des élus du Congrès et d'amender la Constitution pour interdire les déficits. Il s’est également fait connaître avec ses théories du complot, qu’il brandit depuis plusieurs années, comme le détaille le site Mother Jones (en anglais).

Son slogan. "Vaincre la machine de Washington et libérer le rêve américain"

 

Marco Rubio, le gendre idéal

Dans la foulée d'Hillary Clinton, le républicain Marco Rubio s'est déclaré candidat à la fonction suprême, lundi 13 avril. Lors d'un discours à Miami, le sénateur d'origine cubaine a placé sa candidature sous le signe de la modernité et du rêve américain, en se prenant lui-même comme exemple : "Je vis dans un pays exceptionnel où même le fils d'un barman et d'une femme de ménage peut avoir les mêmes rêves et le même avenir que ceux qui viennent du pouvoir et du privilège."

Son parcours. Agé de 44 ans, Marco Rubio est le fils de parents cubains immigrés aux Etats-Unis à la fin des années 1950. Il est élu au Sénat pour la première fois en 2010, après avoir battu le favori de son camp aux primaires républicaines de l'époque.

Le sénateur de Floride a réussi une ascension politique rapide, devenant l'un des républicains les plus en vue ces derniers mois. Bien que les sondages le placent à ce stade nettement derrière d'autres candidats plus connus, le jeune ambitieux rêve désormais de devenir le premier président latino des Etats-Unis. 

Son slogan. "Le temps est venu pour que notre génération ouvre la voie vers un nouveau siècle américain."

 

Jim Gilmore

 

Ancien gouverneur de Virginie, Jim Gilmore, 65 ans, s'est déjà frotté à une élection présidentielle, celle de 2008. Il s'était déclaré candidat à la Maison-blanche en avril 2007 avant de devoir jeter l'éponge trois mois plus tard faute de financements. Se présentant comme un spécialiste des questions de sécurité nationale, Gilmore souffre d'un déficit de notoriété criant. Il est également membre du conseil d'administration de la NRA (National Rifle Association), le tout-puissant lobby des armes à feu aux Etats-Unis.

 

John Kasich

Gouverneur de l'Ohio depuis 2011, Kasich, 63 ans, a passé près de la moitié de sa vie au Congrès. Porté pour la première fois à la Chambre des représentants en 1983 alors qu'il avait 30 ans, il est ensuite réélu à huit reprises ! En 2001, il rejoint Fox News pour présenter son propre talk-show, «Heartland with John Kasich» tout en travaillant pour Lehman Brothers, jusqu'à la faillite de la banque en 2008. Politiquement proche de Jeb Bush, il a mécontenté beaucoup de républicains en décidant de soutenir la loi sur l'assurance maladie de Barack Obama.

 

George Pataki

Contrairement à la plupart des autres candidats républicains, George Pataki veut cibler l'électorat centriste du parti et jouer la carte du rassembleur. Malgré ses 69 ans, il réalise là son premier saut dans le grand bain présidentiel. Il entend néanmoins faire parler son expérience, acquise principalement lorsqu'il était gouverneur de l'Etat de New York, entre 1995 et 2006. A ce titre, il peut faire valoir le fait qu'il était en première ligne lors des attentats du 11-Septembre.

 

Bobby Jindal

Inconnu sur le plan national, Bobby Jindal, 44 ans, est gouverneur de Louisiane depuis 2008. Il avait auparavant occupé un siège au Congrès pendant trois ans, à la Chambre des représentants. Fils d'immigrés indiens hindouistes, ce diplômé d'Oxford s'est converti au catholicisme lorsqu'il était adolescent. Comme nombre de ses concurrents, ce républicain très conservateur suit une ligne anti-avortement, pro-armes et très critique sur l'immigration.

 

Lindsey Graham

Ancien membre de l'U.S. Air Force, Lindsey Graham, 59 ans, représente l'aile néo-conservatrice du Parti républicain en raison de sa défense de interventionnisme américain dans le monde. Ce «faucon de guerre» fait cependant preuve de plus de modération sur d'autres sujets. Il se dit ainsi souvent prêt à travailler avec les démocrates au Congrès pour faire passer des textes concernant le changement climatique, la réforme des impôts ou l'immigration.

 

Carly Fiorina

Seule femme à briguer l'investiture républicaine, Carly Fiorina, 60 ans, s'est fait un nom en tant que PDG de Hewlett-Packard entre 1999 et 2005, date à laquelle elle a été contrainte à la démission. Durant la campagne présidentielle 2008, elle a œuvré dans l'ombre auprès de John McCain. Elle a également conseillé l'ancien gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger. Mais Carly Fiorina a très peu d'expérience électorale. En 2010, sa seule campagne s'est achevée par une défaite lors de l'élection sénatoriale en Californie.

 

Rick Santorum

Deuxième tentative d'accéder au Bureau ovale pour l'ancien sénateur de Pennsylvanie. En 2012, Rick Santorum, 57 ans, avait créé la surprise en remportant la première primaire dans l'Iowa, coiffant au poteau Mitt Romney. Mais les chances de l'emporter paraissent bien maigres ce coup-ci pour celui qui se voit comme le défenseur de la classe ouvrière. Fervent catholique, opposé au mariage homosexuel, il ne dénotera pas parmi tous ses adversaires suivant une ligne très conservatrice.

 

Rick Perry

Gouverneur du Texas pendant quatorze ans, entre 2000 et 2015, Rick Perry, 65 ans, connaît déjà la mécanique des primaires. Il faisait partie des adversaires de Mitt Romney en 2012, mais il avait dû jeter l'éponge en cours de route après une série de gaffes au cours des différents débats télévisés. Jouant le rôle de défenseur des Etats face à Washington, ce conservateur fiscal est pour la suppression pure et simple de l'impôt fédéral sur le revenu.

 

Chris Christie

Républicain réputé modéré, le gouverneur du New Jersey fait figure de sérieux challenger. Pressenti un temps comme candidat en 2012, Christie, 52 ans et une carrure à la Tony Soprano, s'est mis à dos une parti de son camp pendant la campagne de Mitt Romney, en raison des compliments qu'il a adressés à Barack Obama pour sa gestion de l'ouragan Sandy. Ces deux dernières années, sa popularité s'est effritée suite à plusieurs scandales dans lequel son nom est apparu.

 

Donald Trump

Une fortune colossale, bâtie dans l'immobilier, et un nom connu dans le monde entier. Le milliardaire américain Donald Trump, 69 ans, s'est lancé dans la course à la présidentielle américaine en promettant de rendre «sa grandeur» aux Etats-Unis. Dans son viseur : les dirigeants américains, tous «stupides» selon lui, et «contrôlés par les lobbies et les intérêts spéciaux». Il avait déjà envisagé de se présenter à la présidence, en 1988, 2000, 2004 et 2012, mais y avait renoncé et avait soutenu pour la dernière élection le candidat républicain Mitt Romney.

 

Ted Cruz

Premier républicain à avoir annoncé sa candidature, Ted Cruz, baptiste et fils de pasteur, est l'une des figures de l'aile ultra-conservatrice du parti. Opposé à toute restriction du port d'armes, au mariage homosexuel et anti-avortement, il a créé la surprise dans son propre camp en étant élu sénateur du Texas lors des «midterm elections » de 2012. Les prises de positions de cet avocat de 44 ans lui ont valu d'être qualifié d'«oiseau cinglé de la droite» par John McCain, le candidat républicain à la présidence en 2008.

 

Mike Huckabee

Pendant onze ans, Mike Huckabee a été le gouverneur de l'Arkansas, l'Etat dont est originaire Bill Clinton. A 59 ans, il sera l'une des nombreuses options possibles pour les électeurs conservateurs. Créationniste, cet ancien pasteur baptiste est hostile au droit à l'avortement et au mariage gay. Après son échec aux primaires républicaines de 2008, Mike Huckabee a su rebondir en devenant animateur de son propre talk-show sur la chaîne d'informations en continu Fox News. Un poste qu'il a quitté en janvier dernier pour se consacrer à sa deuxième campagne présidentielle.

 

Ben Carson

Il y a deux ans, après un discours très critique sur la politique menée par Obama, Ben Carson est devenu l'un des chouchous des conservateurs et du Tea Party, même s'il n'a aucun mandat. Issu d'une famille modeste, ce neurochirurgien à la retraite a connu le succès avec plusieurs best-sellers revenant sur son parcours. Ses prises de position lui valent nombre de controverses. Il a notamment qualifié la réforme de l'assurance santé

 

Scott Walker

Porté au poste de gouverneur du Wisconsin en 2010 par la vague du Tea Party, Scott Walker, 47 ans, se fait connaître l'année suivante grâce à son bras-de-fer avec les syndicats de fonctionnaires, qu'il finit par faire plier. Fils de pasteur, Walker adopte les positions classiques des conservateurs. Son modèle ? Ronald Reagan. Il s'est ainsi marié le 6 février, date de naissance de l'ancien président américain. Fait rare pour un candidat à la Maison-Blanche, il n'est diplômé d'aucune université.

 

Jeb Bush

A la fois fils et frère d'un ancien président américain, Jeb Bush capitalise sur son nom afin de décrocher l'investiture des Républicains. Gouverneur de l'Etat de Floride de 1999 à 2007, le Texan de 62 ans insiste tout de même sur sa différence surtout par rapport son frère George W, président de 2000 à 2008. Hispanophone et marié à une Mexicaine, il est avec Marco Rubio le meilleur argument du parti Républicain afin de séduire l'électorat latino plus enclin à voter pour les Démocrates. Très critique de l'administration Obama, il défend une réforme de l'immigration, le droit de possèder une arme et le droit des homosexuels à se marier civilement.

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

contact@branaa.fr

Comprendre

Tweets de jean-eric branaa @BranaaJean

Dossiers

Dernières pages ajoutées

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean-Eric Branaa